Loading

Mémoire – Budget 2020-2021 du gouvernement du Québec

January 2020

RÉFLEXIONS ET PROPOSITIONS
Dans le cadre de la préparation du budget 2020-2021 du gouvernement du Québec

Le gouvernement du Québec a fait de l’accroissement de l’investissement privé et de l’attraction d’investissements étrangers des priorités économiques, avec comme toile de fond une volonté très claire de réduire rapidement les écarts de productivité entre les entreprises d’ici et celles de l’Ontario ou des États-Unis.

Représentant des organisations qui agissent comme investisseurs, gestionnaires de fonds d’investissement et partenaires des entrepreneurs et des entreprises québécoises qui ont des projets d’investissement, Réseau Capital présente sa propre réflexion dans le cadre de ces priorités.

Afin d’offrir une contribution constructive et représentative de son secteur, Réseau Capital a mobilisé plusieurs « experts » et « personnes clés » de l’industrie du capital d’investissement à l’occasion d’une discussion format table ronde en novembre.

Les discussions ont porté essentiellement sur les questions suivantes :

  • Quelles sont les mesures, fiscales et autres que fiscales, les plus susceptibles de stimuler l’investissement privé au Québec ?
  • Quels sont les principaux obstacles, fiscaux et autres que fiscaux, à la croissance de l’investissement au Québec ?
  • Quelles sont les mesures les plus susceptibles de favoriser la création de nouvelles entreprises au Québec ?

 

Priorités et recommandations

 1. Stimuler les efforts de commercialisation de nos entreprises

Le gouvernement doit envisager de mettre en place un crédit d’impôt applicable aux dépenses de commercialisation pour les innovations, plus particulièrement pour les innovations de rupture.

Dans le cadre de la révision de ses processus, le gouvernement devrait intégrer des critères contribuant à la stimulation de l’innovation québécoise, de l’entrepreneuriat et de nos PME dans les appels d’offres publics (dans le respect des engagements commerciaux internationaux du Québec et du Canada bien entendu)

2. Soutenir activement les projets de modernisation, de numérisation et de robotisation de même que les stratégies de consolidation notamment dans les entreprises de moyenne taille de même que les stratégies de consolidation notamment dans les entreprises de moyenne taille

En complément aux mesures incitatives, le gouvernement devrait envisager d’appuyer l’innovation en entreprise par une approche plus « contraignante » en s’inspirant de ce qui a été fait en matière de formation et du développement de la main d’œuvre.

3. Favoriser la naissance et les premiers pas de nos futurs fleurons

Pour favoriser l’implantation, le maintien et la croissance des futurs fleurons du Québec, le gouvernement doit continuer de reconnaître et soutenir les fonds de capital d’investissement spécialisés privés ainsi que les acteurs de la chaîne d’innovation technologique.

4. Développer, attirer et retenir le talent

Le gouvernement doit prêter une attention particulière aux mesures qui permettraient :

  • d’accroître la rétention d’étudiants étrangers qui viennent faire leurs études au Québec, que ce soit par l’intégration au marché du travail local, la reconnaissance des diplômes ou en facilitant les procédures d’immigration ;
  • de faciliter la venue d’entrepreneurs de l’extérieur du Québec dans ces secteurs, possiblement via le programme Startup Visa qui fonctionne dans le reste du Canada et qui n’a pas encore connu sa transposition au Québec ;
  • d’accroître le recrutement d’étudiants dans toute discipline où la pénurie de main-d’œuvre est accrue.

5. Maintenir les efforts pour encourager l’entrepreneuriat et soutenir les nouveaux entrepreneurs… et aller plus loin

Le gouvernement ainsi que tous les partenaires intéressés doivent travailler ensemble pour évaluer les moyens pour permettre aux entrepreneurs de surmonter les obstacles au démarrage d’entreprises et identifier les outils et les leviers les plus susceptibles d’avoir un impact certain sur la création d’entreprises au Québec, tant pour les jeunes fraichement diplômés que pour les salariés expérimentés ayant un projet entrepreneurial.

 

Lire le mémoire