Loading

Aperçu du marché québécois du capital de risque et du capital de développement au premier trimestre 2019

mai 2019

Le Québec réalise le tiers de toutes les transactions de capital de risque et plus de la moitié de toutes les transactions de capital de développement au Canada.

 

La société montréalaise Lightspeed POS inc. effectue le plus important premier appel public à l’épargne depuis 2017; Desjardins Capital est l’investisseur le plus actif en capital de risque.

 

Au premier trimestre 2019, le Québec a poursuivi sur sa lancée en investissant 198 M$ CA en capital de risque dans 51 opérations, soit 80 % de plus qu’au premier trimestre de 2018. Alors que l’activité de capital de développement a ralenti à l’échelle du pays, le Québec a connu un trimestre d’un milliard de dollars répartis sur 70 opérations, soit seulement 9 % de moins que le 1,1 G$ CA au même trimestre de l’exercice précédent.

La phénoménale introduction en bourse de Lightspeed POS inc. a eu lieu au premier trimestre de l’année, avec une capitalisation boursière de 1,1 G$ CA. Parmi les investisseurs de Lightspeed, figurent la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), iNovia Capital, Investissement Québec et Teralys Capital.

Le Québec a également accueilli plus de la moitié de toutes les transactions de capital de développement au Canada au premier trimestre, soit 70 opérations sur 130, autrement dit plus de deux fois les 30 opérations de l’Ontario.

Contrairement à la distribution sectorielle canadienne, les entreprises de technologies propres appuyées par du capital de risque se sont taillé la part du lion avec 83 M$ CA (42 %), ce qui est nettement plus élevé que la moyenne de 10 % enregistrée entre 2014 et 2018. Les sociétés des sciences de la vie ont reçu un quart de tous les dollars de capital de risque au premier trimestre.

Desjardins Capital s’est hissé au premier rang des investisseurs en capital de développement les plus actifs au premier trimestre avec 32 transactions concernant des entreprises québécoises. Le Fonds de solidarité FTQ a suivi avec 11 transactions.

 

Faits saillants en capital de risque au Québec

  • 198 M$ ont été investis sur 51 transactions au premier trimestre au Québec, soit 80 % de plus qu’au trimestre correspondant de l’exercice précédent (109 M$).
  • La valeur moyenne des transactions de capital de risque (3,9 M$) a chuté de 40 % par rapport à l’an dernier (6,4 M$) et était inférieure de 32 % à la moyenne quinquennale pour la période 2014-2018 (5,7 M$)
  • Une mégatransaction de plus de 50 M$ a représenté 39 % de l’investissement total en capital de risque dans la province :
    • la ronde de 76 M$ d’Enerkem, établie à Montréal, provient d’un syndicat d’investisseurs, dont Cycle Capital Management/Ecofuel, Fondaction CSN, Fonds de solidarité FTQ, Investissement Québec et Banque Nationale du Canada.
  • Le Québec a obtenu le tiers du nombre de transactions de capital de risque (51 sur 142) et 19 % des dollars investis (198 M$ sur 1 G$).
  • Quatre transactions sur 10 se situaient entre 1 M$ et 5 M$, suivies de transactions entre 100 000 $ et 500 000 $, soit une part de 18 % (9 transactions sur 51).
  • Les entreprises de technologies propres ont recueilli 83 M$, soit 42 % des montants investis, ce qui représente une hausse considérable par rapport à leur part moyenne de 10 %, enregistrée au cours de la période quinquennale 2014-2018; les entreprises québécoises du secteur des sciences de la vie se sont partagé un quart (48 M$) du total des investissements.
  • Les entreprises montréalaises ont reçu 146 M$ sur 35 transactions, devançant les entreprises torontoises qui ont obtenu 416 M$ sur 47 transactions.
  • Dans la province, les entreprises montréalaises ont reçu 69 % (35 des 51 transactions) du flux de transactions de capital de risque, suivies de celles de Laval et de Québec, avec chacune une part de 8 % (4 des 51 transactions).
  • 22 transactions touchant des entreprises ayant atteint un stade plus avancé ont permis d’obtenir 71 % (141 M$) du total des dollars alors que 19 transactions concernant des entreprises en début de croissance ont, elles, permis d’en recueillir 19 % (37 M$). Huit transactions conclues avec des entreprises en démarrage ont totalisé 9 M$.
  • Huit sorties d’entreprises financées par du capital de risque ont été réalisées. Parmi celles-ci, l’introduction en bourse de Lightspeed POS inc. sur TMX, avec une capitalisation boursière de 1,1 G$, a été la plus importante. Les investisseurs comprenaient la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), iNovia Capital, Investissement Québec et Teralys Capital.

 

Faits saillants du capital de développement au Québec

  • 1 G$ ont été investis sur plus de 70 transactions au premier trimestre, soit 9 % de moins que le montant investi au même trimestre l’an dernier, 1,1 G$.
  • La valeur moyenne des transactions a augmenté de 18 %, passant de 12,2 M$ au T1 2018 à 14,4 M$
  • Parmi les transactions les plus importantes, se retrouvent :
    • l’entreprise québécoise d’agroforesterie Hortau Inc. qui a bénéficié d’un investissement de suivi 20 M$ du Fonds de solidarité FTQ et d’Exportation et développement Canada (EDC).
    • L’entreprise de technologies propres Gestion Groupe Bouffard Inc., basée dans le Bas-Saint-Laurent, avec laquelle Desjardins Capital a conclu une transaction de croissance de 17 M$.
  • Plus de la moitié de toutes les transactions en capital de développement au Canada (70 sur 130) ont eu lieu au Québec, soit plus du double de celles de l’Ontario (30 transactions ou 23 %).
  • Près d’une transaction sur deux se situait entre 1 M$ et 5 M$, les transactions entre 500 000 $ et 1 M$ représentant 23 % du flux de transactions dans la province.
  • 23 % des transactions (16 transactions) concernaient des entreprises du secteur industriel et manufacturier alors que 14 % d’entre elles touchaient les secteurs des TIC et de l’agroforesterie (10 transactions chacune).
  • Desjardins Capital se classe au premier rang des investisseurs avec 32 transactions impliquant des entreprises québécoises, suivi du Fonds de solidarité FTQ avec 11 transactions.

 

Consulter le rapport