Loading

Aperçu du marché québécois du CR et du CD 2018

mars 2019

Quatre mégatransactions stimulent l’investissement en capital de risque et le Québec attire plus de 60 % de toutes les transactions en capital de développement au pays

 

La société montréalaise Hopper fait l’objet de la deuxième plus importante transaction en capital de risque au Canada en 2018; Le Québec caracole en tête des investissements en capital de développement.

 

Quatre mégatransactions (égales ou supérieures à 50 M$) totalisant 353 M$ ont été réalisées en capital de risque dans la province en 2018. Celles-ci comprenaient la ronde de financement de série D de129 M$ de Hopper Inc., pilotée par un syndicat d’investisseurs auquel participaient Fonds TIC BDC, Brightspark Ventures, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Investissement Québec et OMERS Ventures Management Inc.; la ronde de série D de 103 M$ de la société montréalaise Milestone Pharmaceuticals Inc.’s, dirigée par un syndicat d’investisseurs qui comprenait le Fonds de soins de santé BDC et le Fonds de solidarité FTQ; et la ronde de financement 59 M$ de la société montréalaise Breather Products Inc., menée par un syndicat auquel participait la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Le Québec a raflé 28 % du nombre total des transactions de capital de risque au Canada (172 sur 610) et 29 % des dollars investis (319 M$ sur 1,7 G$). Ces mégatransactions ont représenté 32 % (353 M$) du total des investissements en capital de risque au Canada, une baisse par rapport aux 61 % de 2017.

À l’exception des mégatransactions, la valeur moyenne des opérations en 2018 s’élevait à 4,4 M$, une augmentation de 24 %, comparativement à la moyenne de 3,5 M$ de l’année précédente. Un peu plus du tiers des activités de capital de risque (55 transactions sur 165) se situait entre 1 M$ et 5 M$, suivies des transactions entre 100 000 $ et 500 000 $, soit une part de 22 % (38 transactions sur 172).

La part reçue par les entreprises des sciences de la vie a augmenté de façon spectaculaire par rapport à l’an dernier, passant de 19 % à 30 %, alors que les entreprises des TIC se sont réparti 597 M$, 55 % de la totalité des dollars investis, une hausse de 1 % par rapport à 2017.

Du côté du capital de développement, soixante-deux pour cent de toutes les transactions au Canada ont été conclues au Québec (338 sur 543), soit trois fois plus que la part de l’Ontario (19 %). Le nombre de transactions a augmenté de 1 % en 2018 , cependant, le total des dollars investis en capital de développement a chuté de 35 %, passant de 10,6 G$ à 6,9 G$. 27 % des transactions (92) sont allées à des entreprises du secteur industriel et manufacturier et 13 % au secteur technologies de l’information et des communications (43 transactions).

L’investissement de suivi de 509 M$ dans Stingray Digital Group Inc. a été la plus importante transaction de l’année, avec un investissement conjoint de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), du Fonds de solidarité FTQ et d’Investissement Québec. La deuxième opération en importance a été la privatisation de NAPEC Inc.  NAPEC Inc. du Centre-du-Québec, d’une valeur de 320 M$, réalisée par une société d’investissement internationale.

 

Faits saillants du capital de risque au Québec

  • 473 M$ ont été investis sur 42 transactions au quatrième trimestre au Québec, soit 61 % de plus que le montant investi au trimestre précédent (293 M$), mais 9 % de moins qu’au même trimestre l’an dernier (517 M$).
  • Bien que la valeur moyenne des transactions de capital de risque (6,3 M$) ait diminué de 28 % par rapport à l’an dernier (8,7 M$), elle était supérieure de 24 % à la moyenne pour la période quinquennale 2013-2017 (5,1 M$).
  • Quatre mégatransactions de plus de 50 M$ ont représenté 32 % du total des investissements en capital de risque, une baisse par rapport aux 61 % de 2017.
  • À l’exception des mégatransactions, la valeur moyenne des opérations en 2018 s’élevait à 4,4 M$, une augmentation de 24 %, comparativement à la moyenne de 3,5 M$ de l’année précédente.
  • Le Québec a saisi 28 % du nombre total des transactions de capital de risque au Canada (172 sur 610) et de 29 % des dollars investis (1,1 G$ sur 3,7 G$).
  • Un peu plus du tiers des activités de capital de risque (55 des 165 transactions) se situaient entre 1 M$ et 5 M$, suivies des transactions entre 100 000 $ et 500 000 $, soit une part de 22 % (38 transactions sur 172). Le cinquième de toutes les transactions se situait entre 5 M$ et 20 M$.
  • Les entreprises des TIC se sont réparti 597 M$, 55 % de la totalité des dollars investis, une hausse de 1 % par rapport à 2017. La part reçue par les entreprises des sciences de la vie a augmenté de façon spectaculaire par rapport à l’an dernier, passant de 19 % à 30 %.
  • Les entreprises montréalaises se sont partagé 901 M$ sur 119 transactions, devançant seulement les entreprises torontoises lesquelles ont obtenu 1,5 G$, sur 197 transactions.
  • Un nombre égal de transactions en investissement d’amorçage et de démarrage ont permis d’obtenir respectivement 5 % (50 M$) et 34 % (370 M$) du total des fonds investis. 65 transactions ont été conclues dans des entreprises à un stade ultérieur, pour atteindre 59 % (637 M$) du total des investissements.
  • Douze sorties (ou sorties partielles) concernant des entreprises québécoises ont été effectuées, parmi lesquelles :

Faits saillants du capital de développement au Québec

  • 2,8 G$ ont été investis sur 81 transactions, soit 2,7 fois plus qu’au trimestre précédent et 30 % de plus qu’au quatrième trimestre de 2017.
  • La valeur moyenne des transactions a augmenté de 152 %, passant de 13,5 M$ au trimestre précédent à 34 M$.
  • Le nombre de transactions a augmenté de 1 % en 2018 (338) par rapport aux 336 opérations de l’année dernière. Cependant, le total des dollars investis en capital de développement a chuté de 35 %, passant de 10,6 G$ à 6,9 G$.
  • Le Québec a conclu 62 % de toutes les transactions de développement au Canada (338 sur 543), soit trois fois plus que la part de l’Ontario (19 %).
  • Quatre transactions sur 10 se situaient entre 1 M$ et 5 M$, les transactions de 5 M$ à 25 M$ touchant 21 % des activités de la province.
  • 27 % des transactions (92) sont allées à des entreprises du secteur industriel et manufacturier et 13 % au secteur technologies de l’information et des communications (43 transactions).
  • Soixante-quatre sorties, concernant des entreprises québécoises, ont été réalisées. Parmi les plus importantes d’entre elles figurent :
    • le rachat d’Atrium Innovations Inc. par Nestlé, d’une valeur de 3 G$; les investisseurs vendeurs comprenaient le Fonds de solidarité et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).
    • L’acquisition de 1,9 G$ de Camso par Michelin; la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) faisait partie des investisseurs vendeurs.

 

Consulter le rapport